Yvon Chouinard, surfer, grimpeur, pêcheur et fondateur de Patagonia

Publié le par Maya

Let My People Go Surfing

« I’ve been a businessman for almost fifty years. It’s as difficult for me to say those words as it is for someone to admit being an alcoholic or a lawyer. I’ve never respected the profession. It’s business that has to take the majority of the blame for being the enemy of nature, for destroying native cultures, for taking from the poor and giving to the rich, and for poisoning the earth with the effluent from its factories.”

Sous titrée The Education of a Reluctant Businessman, l’autobiographie d’Yvon Chouinard,  Let My People Go Surfing, qui devient dans sa deuxième partie une sorte de guide philosophique a été publiée à l’automne 2005, uniquement en anglais. Elle est disponible en France sur Amazon (The Penguin Book, 2005, 262 p).

Un sportif passionné de nature devenu homme d’affaires par nécessité

D’abord petit garçon et adolescent proche de la nature puis surfer, pêcheur et grimpeur au fil des saisons et des voyages, Yvon Chouinard fonde en 1965 avec sa femme Malinda la société de fabrication d’équipements pour la montagne Chouinard Equipements. Constituée d’une bande d’amis, l’équipe réalise alors un équipement d’escalade innovant et de la meilleure qualité. L’organisation du travail est calquée sur le rythme des voyages des uns et des autres – qui testent le matériel en conditions réelles, sur tous les pics de la planète – et sur les après-midi de surf en été.

Chouinard accepte mal son destin d’homme d’affaires et délègue l’activité en forte croissance à ses amis tandis qu’il parcourt glaciers, sommets et courts d’eau. C’est ce qu’il appelle sa « MBA theory of management » ou « Management By Absence »…Dans son livre, il compare le créateur d’entreprise et le délinquant qui tous deux affirment « This sucks. I’m going to do my own thing. » (p. 45). Chouinard veut travailler, certes, mais en s’amusant. Les produits de plus en plus élaborés naissent de l’expérience approfondie de la nature et du sport, les salariés peuvent travailler pieds nus, les embauches s’effectuent uniquement par cooptation (famille, couples, amis), les bébés dès le plus jeune âge sont gardés dans une nurserie au milieu des ateliers et bureaux, permettant aux parents de les nourrir et jouer avec eux pendant la journée…

 

Patagonia, une entreprise socialement responsable

En 1973, la « famille » Chouinard fonde Patagonia, du nom de la chaîne de montagnes surplombant l’océan Pacifique au sud du continent américain. Patagonia regroupe la production et la distribution de vêtements pour les sports extrêmes. Utilisant d’abord de nombreux textiles techniques innovants, l’équipe de Patagonia devient très rapidement sensible aux problèmes environnementaux. Dès 1986, 10% du résultat net avant impôts est reversé aux ONG. L’entreprise milite contre les accords du GATT, les OGM, le creusement de tunnels dans les Alpes, utilise du papier recyclé pour ses catalogues, les matières premières sont choisies en fonction de leur respect pour l’environnement. La croissance des ventes, trop forte dans les années 1980, mène à une crise sans précédent en 1991. Patagonia doit licencier 120 salariés. Chouinard décide alors de mettre en œuvre une croissance « humaine », à l’image des valeurs de protection de la nature qu’il impose, contre les effets désastreux de la croissance économique et démographique sur la planète. 

Des « philosophies » aboutissant à la création  en 2001 du 1% for the Planete

Philosophie de production, d’innovation, de distribution, d’organisation, de marketing, la démarche de l’équipe aboutit en 2001 à la création du 1% for the Planete, réunissant toutes les entreprises désireuses de reverser 1% de leur chiffre d’affaires à la protection de l’environnement. En échange, les membres utilisent comme élément de communication le logo de l’organisation. Bien sûr, comme le souligne Chouinard, certaines entreprises donnent plus. « You must be the change you wish to see in the world » termine Chouinard, citant le Mahatma Gandhi.

Retrouvez Patagonia sur son site :

www.patagonia.com

 

Une interview d’Yvon Chouinard sur le net :

http://www.grist.org/news/maindish/2004/10/22/little-chouinard/

 

1% pour la planète :

http://www.onepercentfortheplanet.org/

 

 

13 mars 2007

Du nouveau pour celles et ceux qui préfèrent lire en français...
La parution en français de "Homme d'affaires malgré moi : confessions d'un alter-entrepreneur" chez l'éditeur Vuibert.
Vous pouvez commander ce livre sur Amazon ou sur la site de la Fnac.

  

Publié dans Bonne(s) lecture(s) !

Commenter cet article