L'éthique dans la presse féminine

Publié le par Maya

Parmi les sujets qui restent à mille lieues de la controverse un temps soit peu publique, osons lever un  coin du voile qui repose sur l'éthique pratiquée dans la presse féminine. 

D'abord, éthique en terme de politique éditoriale. Si le sujet vous intéresse, direction l'émission J'ai mes sources de Colombe Shneck sur France Inter (28 septembre 2007) intitulée
Peut-on tout dire quand on travaille dans l’univers de la mode ? :

 http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/jaimessources/index.php?id=59821

L'émission est disponible à l'écoute comme beaucoup d'émissions de France Inter. Au delà de la controverse concernant le personnage de Karl Lagerfeld, dont un récent ouvrage pointe le côté tyrannique, se pose la question de l'indépendance des journalistes à l'égard des marques... De certaines marques devraient-on préciser. Comment en effet concilier le financement par la publicité nettement apporté par les grands groupes de luxe (LVMH, PPR, L'Oréal) avec la liberté de ton et de critique ? Dans un milieu où ces grands annonceurs font la pluie et le beau temps, peut-on encore parler de journalisme...?

Altermode attend vos contributions, chers lecteurs, à ce sujet !

La mode éthique, elle, apporte un souffle d'air frais dans ce magma. La grande tendance écolo investit la presse féminine depuis un an. Les journalistes se voient obligées de mettre en avant des créateurs souvent désargentés et idéalistes, qui eux n'ont pas les moyens d'acheter des pages de publicité dans les magazines.
Et voici que shoppings et petits articles, sans pour autant trop "investiguer" pourquoi telle ou telle marque se dit écolo ou équitable, nous prouvent que la presse féminine et de mode peut être un tant soit peu ouverte sur le reste de la société.

Saluons ainsi sur le web, la nouvelle rubrique Ecolo du magazine Marie-Claire.

http://www.marieclaire.fr/mcl/193472-ecologie/193475-beaute_bio_et_mode_ecolo/193951-conseils-mode-ecolo/

La limite de l'exercice pour la presse magazine réside dans son incapacité à porter un vrai regard critique sur l'activité des grands groupes de luxe. Ne pas se tirer une balle dans le pied ! Recommander des cosmétiques bio ou des tee-shirts en coton bio mais ne pas s'attarder sur les produits non-bios : conditions de travail dans les usines de confection travaillant pour la grande distribution, produits chimiques toxiques utilisés dans les différents traitements apportés aux textiles ou lors de l'assemblage d'accessoires comme les sacs et chaussures, arguments marketing fallacieux des campagnes pour tel ou tel produit cosmétique inopérant...

Quand la presse féminine aura-t-elle fini d'être schizophrène ou de nous présenter le monde comme dans Alice au Pays des Merveilles... Est-on obligé de rappeler que les femmes ont aussi un cerveau ? On peut vendre du rêve sans prendre ses lectrices pour des idiotes, surtout les plus jeunes (suivez mon regard). A bon entendeur salut !

Publié dans Quoi de neuf

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jlsaya 08/10/2007 21:09

Et puis peut être qu'il serait temps que ces magazines revoient la façon dont ils sont imprimés (papier recyclé?) ainsi que le  nombre de pages "inutiles" qui en font partis (voir les numéros de la rentrée par ex : 1 page de texte pour 2 pages de pub). Cela rendrait leurs chroniques "bio" un peu plus crédibles!

Alexandra 06/10/2007 22:12

Bonjour,
Bravo pour votre blog. La consommation éthique est très importante et nous devons être consom''acteurs plutôt que simples consommateur. Préoccupons nous en effet des conditions de travail des fabricants et des produits utilisés.
Cordialement
Alexandra